cftcpacac

INFOS SOCIALES

Publié le 18 September 2018


  LE PLAN DE PAUVRETE

 

Dans le cadre de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, le Président de la République a présenté le 13/09 le plan de lutte contre la pauvreté.

L’Etat engagera dans ce plan de lutte 8 ,5 Milliards d’Euros sur 4 ans. Voici les principales mesures :

 

 

1.     Création d’un revenu universel d’activité

Il va y avoir un chantier de refonte des minima sociaux, afin de créer d’ici 2020 un revenu universel d’activité qui regroupera le + plus grand nombre de prestations sociales du RSA aux APL. Les bénéficiaires de ce RUA bénéficieraient de droits et de devoirs supplémentaires.

2.     Création d’un service public de l’insertion

Il aurait pour but de coordonner la gestion de certaines prestations comme le RSA (Revenu de Solidarité Active) qui est géré par les départements, afin de garantir un service homogène sur tout le territoire.

3.     Une fusion à court terme de la CMU-C et de l’ACS

La lutte contre le non recours aux droits est un des axes majeurs du plan de lutte contre la pauvreté.

Il est prévu que l’ACS (Aide à la Complémentaire Santé) soit intégrée à la CMU-C (Couverture Maladie Universelle Complémentaire) avec une participation financière du bénéficiaire inférieure à 1 € par jour !

4.     Une refonte du parcours des allocataires du RSA

Il sera prévu un mois après l’otroi de la prestation que les bénéficiaires seront accompagnés. Il sera créé à cet effet « la garantie d’activité » qui combinera accompagnement renforcé et insertion dans l’emploi. L’allocataire aura pour devoir d’agir pour son insertion.

 

5.     Renforcer l’accompagnement et la formation des jeunes

Il y aura une amélioration du dispositif de repérage des « décrocheurs », et création d’une obligation de formation pour tous les jeunes jusqu’à 18 ans. Pour les plus de 18 ans, la « garantie jeune » serait étendue afin de faire bénéficier de cette aide plus de 500 000 jeunes à d’ici 2022.

D’autre part, l’aide sociale à l’enfance (ASE) serait étendue jusqu’à 21 ans.

6.     Développement de l’IAE

L’insertion par l’activité économique (IAE) serait développée. 100 000 salariés supplémentaires seraient accueillis dans ce dispositif IAE. Les dispositifs expérimentaux comme « les territoires zéro chômage » seraient essaimés.

7.       Améliorer l’accès des familles modestes aux places en crèche